Archives de catégorie : Les sujets qui fâchent

Cette nouvelle catégorie est destinée à recevoir les sujets prêtant lieu à débat.

La montagne a accouché d’une souris

1 435 courriers envoyés dont 200 revenus en mairie
1 200 € dépensés sans aucune concertation avec les élus
479 votes exprimés

Quelques inconséquences :
9 bulletins n’ont pu être validés car les numéros étaient illisibles  mais les votes par Internet ont été pris en compte…Les votants par Internet ont-ils inscrit leurs numéros figurant sur les lettres reçues ? Comment dans ce cas garantir l’anonymat s’il y a une vérification sur les listes électorales ? Lire la suite…

Démocratie participative ?

L’initiative malheureuse et maladroite du Maire de Saint Pierre à propos du rapprochement des communes de  Saint Pierre et Quiberon ne mérite rien de plus qu’un rejet massif et un refus de participer à ce simulacre de démocratie. Cependant, la question est réelle et se posera à l’occasion des prochaines élections municipales. Les futurs candidats ont 1 an devant eux pour informer les électeurs des conséquences positives ou non de cette possibilité de création d’une commune nouvelle. Lire la suite…

Fusion par non consentement mutuel

Après des propos catastrophiques, sur les antennes nationales, concernant les résidents secondaires et sa propre équipe d’élus majoritaires, nous pensions que notre maire avait compris qu’il fallait qu’elle retrouve un peu de hauteur, de réflexion et de sérénité… et surtout qu’elle cesse de sur-réagir sans aucune retenue et fort mal conseillée par son entourage…

Lire la suite…

La loi Laure oubliée…

Une fois encore, la LOI n° 96-1236 du 30 décembre 1996 sur L’Air et l’Utilisation Rationnelle de l’Energie, dite loi Laure, a été bafouée à l’occasion de la rénovation de la rue de l’Atlantique. Aucune trace en effet d’aménagement cyclable.

Pourtant, cette loi stipule en son article 20 qu’à compter du 1er janvier 1998, Continuer la lecture de La loi Laure oubliée…

Une histoire de crottes…

Hier, mercredi 6 décembre, je décide vers 16h d’aller marcher sur le chemin des douaniers avant que le soleil ne disparaisse. Malheureusement, cette agréable promenade face à notre belle Baie de Quiberon s’est rapidement transformée en parcours d’obstacles à travers les excréments de canidés ! Des excréments de toute taille, de toute consistance, des secs, des mi- secs, des frais ….

Continuer la lecture de Une histoire de crottes…

Tout va bien !

Un(e) cycliste probablement excédé(e) s’est lâché(e) sur la départementale 768. En vert oblige il(elle) a marqué son mécontentement, mais surtout son impatience quant au passage de l’isthme à vélo.

(Attention, humour)

Qu’il(elle) se rassure, le dossier avance et preuve en est, le sujet est traité dans Les Nouvelles, article non signé il est vrai, mais peut-être est-ce assez habilement stratégique.

(Attention, drame)

Il y est question en page 5, de présenter l’état d’avancement, non des travaux, mais de la réflexion ; il y est question en page 5, de communiquer sur un calendrier non de réalisation, mais de rencontres !

En revanche et ce n’est toujours pas un gag, il est écrit plus loin dans le même article : Nous ne lâchons pas ce dossier sensible aux yeux de tous.

Continuer la lecture de Tout va bien !

NON !

Le maire se dit fidèle à ses engagements (cf Ouest France du 21 juin), l’opposition municipale voit surtout dans cette déclaration une communication volontariste faisant preuve d’un optimisme béat et écornant sans vergogne la réalité.

Non Madame le Maire, il n’y avait pas de déficit de 250 000 € à combler au début du mandat mais un excédent reporté au budget 2014 de 867 056 € (cf : les documents budgétaires de la commune, approuvés par le Préfet). Le Trésorier de la commune vous a pourtant expliqué le fonctionnement de la comptabilité publique lors du conseil municipal du 31 mars 2017.

  • Non, la promesse de ne pas augmenter les impôts n’a pas été tenue.
  • Non, l’investissement n’est pas une priorité pour votre équipe, les dépenses nouvelles d’investissement 2017 sont les plus faibles depuis plusieurs mandats.
  • Non, les dépenses de fonctionnement ne sont pas en diminution contrairement aux promesses.
  • Non, le marché de voirie annuel n’est pas de 200 000 € mais seulement 150 000.

Communiquer est utile mais la sincérité de la communication est indispensable pour garder crédit et confiance auprès des administrés.

François Dubois, Georges Pruvost, Sylvie Cottin, Bernard Loezic

Commune de non droit ?

Comment violer la loi à Saint Pierre Quiberon en toute impunité 

« Les méthodes validées par la Mairie nous laissent à penser qu’il est possible de démolir sans autorisation et de construire sans permis dans une zone protégée et inconstructible au bord de la plage. J’avais également alerté sur la présence d’amiante dont une partie a été démolie en toute absence de sécurité et de traçabilité » *

Il s’agit d’un extrait de courrier envoyé à la Mairie en date du 24 février 2017 faisant suite à d’autres courriers restés sans réponse en date des 8 mai 2015 et 6 août 2016 et adressés par :
• *Sophie V. G. , docteur en droit
• *Franck V. G., diplômé EDTI , expert en bâtiment

Continuer la lecture de Commune de non droit ?

La littorale à l’isthme

Le préfet du Morbihan, Raymond Le Deun (troisième en partant de la gauche), était à Plouharnel, lundi. Le maire, Gérard Pierre, et ses adjoints avaient plusieurs dossiers à évoquer avec le représentant de l’État, dont le passage de la voie verte « la littorale » à l’isthme de Penthièvre…

Les politiques municipales sont donc au cœur du développement des territoires. C’est vrai pour de nombreux pans de la vie sociale. C’est d’autant plus vrai pour le vélo.

Continuer la lecture de La littorale à l’isthme

Cromlech ou l’art du gargarisme

composition1

Le 30  Novembre, le Télégramme a publié un long article, non signé, intitulé « Kerbourgnec, le site mégalithique réhabilité » .  L’article était suivi d’une belle photo de famille où l’on pouvait admirer entre autres, madame Duperret, responsable du patrimoine de la Commune de Saint Pierre.

Jusque là rien d’extraordinaire, le Télégramme ne nous avait habitué ni  à des articles de fond ni à de grandes enquêtes.  Lire la suite…