Conseil municipal du 18 décembre 2017

Ambiance houleuse dès l’approbation du compte rendu de la dernière séance de conseil, il en sera de même à la fin.

M. Loezic voulait une mise au point sur des propos proférés à son encontre au cours du dernier conseil. (lire le texte de son intervention ci-dessous). Cette intervention de M. Loezic est justifiée par les insultes proférées à son encontre par Mme Duperret. Celle-ci au lieu de s’excuser pour ses propos a tenté de lui couper la parole entrainant une réaction vigoureuse de M. Dubois en l’absence d’intervention du Maire.

Les bordereaux

1) Les Médiathèques de l’ensemble du territoire de l’intercommunalité seront mises en réseau afin d’offrir, par mutualisation des moyens, un service plus développé aux usagers. A noter l’abstention de M. Loget toujours soupçonneux sur l’intérêt et la qualité d’AQTA.

2) Les rapports d’activités des délégataires des services publiques de l’eau et de l’assainissement sont portés à la connaissance du conseil. Ils sont consultables en Mairie pour le public

3) Autorisation est donnée au Maire de mandater les dépenses d’investissement du début d’année 2018 à hauteur de 25% des  dépenses prévues en 2017, en attendant le vote du budget.

4) Le financement des dépenses de fonctionnement de l’école privée a été voté à l’unanimité malgré des questionnements concernant la répartition des dépenses.

5) La convention de portage foncier avec l’EPFB (Etablissement Public Foncier de Bretagne) portant sur la friche militaire a été résiliée. La minorité a dénoncé l’abandon de ce projet qui a fait perdre une opportunité de développement à St Pierre Quiberon. En effet cette friche était proposée et acceptée comme Zone artisanale dans le projet de PLU précédent, il est devenu impossible avec l’abrogation de ce PLU.

Quelle appréciation porter sur cette évolution ???

6) Une nouvelle convention est approuvée pour une location de terrain au Rohu.

7) Un renouvellement de concession est demandé pour l’évacuation d’eaux pluviales à Kerbourgnec.

8) La foire des terroirs sera reconduite en 2018.

9) Une subvention transitoire, en attente du vote du budget, est adoptée à l’unanimité en faveur du CCAS.

Mme le Maire a clos précipitamment le conseil afin d’éviter les questions orales et d’avoir à en rendre compte dans le prochain compte rendu.

Crise d’autoritarisme ? Rejet de la démocratie ? Peur des débats ?

Malgré tout, la question posée hors conseil était pourtant anodine : pourquoi l’abandon de la construction de l’antenne de téléphonie à la Patelle, abandon annoncé en réunion publique 3 jours plus tôt ?

La réponse «  Ce projet était une erreur,  ça peut arriver, qui ne fait pas d’erreur ? »

Certes,  mais il est peu responsable que sous l’autorité du Maire, le Conseil Municipal délibère pour  vendre un terrain à un  constructeur d’antenne quand ce terrain est situé en zone non constructible…

A qui se fier si la commune ne donne pas l’exemple ?

F.Dubois, G.Pruvost, S.Cottin, B.Loezic

Intervention de Bernard Loezic. 

Lors de la réunion du Conseil Municipal du 20 novembre 2017 à laquelle je ne participais pas, Mme Duperret m'attaque personnellement en supposant que j'aie eu un problème cérébral.
 Mme Cottin lui a demandé de tempérer ses propos, mais elle a persisté en spécifiant que le conseil avait été perturbé par cette intervention qu'elle jugeait inutile.

Je pourrais attaquer Mme Duperret en justice pour cette remarque diffamante.

Je demande à Mme Le Maire de veiller à ce que les réunions de Conseil Municipal se passent dans le respect des uns et des autres et d'intervenir en séance en cas de débordement.

Je ne comprends pas cette injure à mon égard, je ne connais pas personnellement Mme Duperret, alors pourquoi cette agressivité ?
 A-t-elle l'exclusivité du budget communal ?
 Est-ce un crime de lèse-majesté que de poser une question sur le sujet ?
 Je reconnais ne pas être un spécialiste de la comptabilité et encore moins de la comptabilité communale, mais je crois qu'autour de cette table, je ne suis pas le seul.

Ou peut-être est-ce à travers moi une attaque collective envers l'opposition. En effet, nous, nous préparons collectivement les réunions de conseil. Cela explique pourquoi M. Dubois a aussi porté la question et qu'il a reconnu avoir fait une erreur au dernier conseil. Mme Duperret craint peut-être de l'attaquer frontalement car elle sait qu'il connait les affaires municipales bien mieux qu'elle.

Il est bien évident que si nous avions les documents plus tôt, nous pourrions demander des éclaircissements sur des points particuliers, ce qui éviterait que nous "perturbions" la réunion de Conseil par des questions auxquelles même la dite spécialiste n'a pas la réponse immédiate. Je ne crois pas d'ailleurs que la remarque de Mme Duperret apporte quelque chose au débat et je constate qu'au final c'est elle qui perturbe la sérénité des débats.

Chaque conseiller a le droit et le devoir de poser des questions ou de faire des remarques sans être traité de personne ayant un problème cérébral, c'est cela la démocratie, c'est pour cela que nous avons été élus que nous soyons de la majorité ou de l'opposition.

N'oublions pas l'adage : "celui ou celle qui pose une question prend le risque de paraitre idiot un instant, mais celui ou celle qui n'en pose pas le restera toute sa vie".

Je demande que ma réponse figure au compte rendu de la présente réunion.

Bernard Loezic

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *