Conseil municipal du 30 octobre 2018

Le conseil du 30 octobre 2018 a été très court pour la minorité qui n’accepte pas/plus la gouvernance abusivement autoritaire du Maire.
Nous avions demandé au Maire de nous informer en début de conseil sur 2 points :

1) allez-vous autoriser, dans le prochain numéro du journal municipal, la publication de notre article  » Si PLU m’était compté… » que vous avez censuré dans le dernier numéro ?

2) allez-vous autoriser notre association « Demain Saint-Pierre Quiberon » (siège social à Saint-Pierre) à utiliser une salle communale pour organiser une réunion publique ? Vous pouvez consulter la rubrique « qui sommes-nous »  sur notre site http://demainsaintpierrequiberon.com

Devant le refus du Maire face à cette demande, les 4 élus de la minorité ont quitté la réunion du Conseil Municipal après la déclaration suivante :

L’autoritarisme dont vous faites preuve est une réaction classique des personnes qui perdent la maitrise des événements et dont le pouvoir s’étiole. Vous êtes de plus en plus omniprésente, remplaçant tout le monde après avoir désespéré tout le monde. Que ce soit le personnel communal qui demande des mutations, votre majorité qui refuse de voter de nombreuses délibérations, vos adjoints qui ne sont pas écoutés et abandonnent en partie leur délégation et enfin même la minorité dont vous prétendez dicter la conduite.  

Nous n’acceptons pas cette dérive et en signe de protestation nous quittons le conseil municipal du 30 octobre 2018. 

Nous souhaitions avoir ces réponses en début de conseil pour pouvoir réagir face à un éventuel refus.

La place qu’occupe la minorité dans le journal municipal est bien modeste en nombre de ligne. Mais nous avons toujours écrit sans concession pour la majorité. Nous assumons nos écrits qui sont signés par l’ensemble des élus de la minorité. Nous ne demandons pas au Maire de les approuver mais nous lui demandons de ne pas les censurer. De plus elle a toute liberté d’y répondre maitrisant la parution de ce journal.

Les associations locales, sportives culturelles patriotiques ou autres…, ont habituellement le droit d’utiliser les locaux communaux pour leur activité avec des règles de bonne gestion de ces locaux. Il est inacceptable que le pouvoir local puisse discriminer ces associations et attribuer des droits aux uns qu’il refuserait aux autres. C’est pourtant ce que le Maire veut faire.

L’exercice du pouvoir isole et favorise l’enfermement dans une tour d’ivoire. Respecter son opposition c’est faire vivre la démocratie.

F.Dubois, S.Cottin, G..Pruvost, B.Loezic

 

L’article du télégramme du 1 novembre 2018 :

"Conseil. L'opposition quitte la salle

Déjà, par la présence de Jérôme Bourserie, le directeur général des services de Quiberon, le conseil municipal de Saint-Pierre-Quiberon, mardi soir, s’annonçait inhabituel. Il l’a été encore plus par le départ de l’équipe d’opposition.

Au tout début du conseil, l’équipe d’opposition a demandé expressément au maire, Laurence Le Duvéhat, de répondre positivement à deux questions (concernant la publication d’un article dans le journal municipal et sur l’attribution d’une salle pour leur association) avant de commencer à délibérer de l’ordre du jour.

C’est face à la réponse du premier magistrat, expliquant qu’elle répondrait en fin de conseil, que François Dubois s’est exprimé : « L’autoritarisme dont vous faites preuve est une réaction classique des personnes qui perdent la maîtrise des événements, et dont le pouvoir s’étiole. Vous êtes de plus en plus omniprésente, remplaçant tout le monde après avoir désespéré tout le monde. Que ce soit le personnel communal qui demande des mutations, votre majorité qui refuse de voter de nombreuses délibérations, vos adjoints qui ne sont pas écoutés et abandonnent en partie leur délégation et enfin même la minorité, dont vous prétendez dicter la conduite ». En signe de protestation, l’équipe d’opposition a quitté le conseil municipal.

« Volonté 
de semer une zizanie »

Souhaitant répondre aux propos de l’équipe d’opposition, le maire, Laurence Le Duvehat insiste : « Je m’apprêtais à répondre en fin de séance. J’aurai expliqué que passer cet article « Si PLU m’était compté… » n’était pas leur rendre service. Mais que si elle souhaitait le passer dans le prochain numéro, nous y ajouterions une réponse. Sur mon omniprésence ? C’est vrai, je vais bien, et je suis en bonne santé. De plus, je ne suis pas en activité et donc plus libre que certains collègues. Le nombre de délibérations qui ne sont pas suivies par la majorité est infime, mais les disparités exprimées au moment des votes traduisent une véritable liberté de penser des élus. Si mon autorité est perçue comme de la perte de maîtrise, elle traduit plutôt l’expérience de quatre ans et demi de mandat, et le suivi des dossiers. Quant à mes adjoints qui ne seraient pas écoutés, ils sont pourtant toujours soutenus dans leurs décisions politiques. Mais ce soir, nous avons l’illustration de mon besoin de compréhension totale de certains sujets pour lesquels les référents sont des agents territoriaux (exemple en droit administratif et droit du travail). L’actualité est depuis le 1er septembre plus compliquée en raison de l’absence d’un agent comptable et d’un directeur général des services. Heureusement, le recrutement sera opérationnel au 5 et 15 novembre prochain. La mutation et promotion des agents territoriaux sont des réalités compréhensibles. Je regrette le départ de la minorité en début de conseil, impatiente d’obtenir une réponse une heure plus tard, et qui s’est traduite par la théâtralisation de la situation. Ce type de réaction est le reflet de leur volonté de semer une zizanie »."

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

3 réflexions au sujet de « Conseil municipal du 30 octobre 2018 »

  1. Notre association basée à St Pierre est dument déclarée en préfecture, ce qui devrait lui donner les mêmes droits et devoirs que les autres associations locales. Pour qu’il en soit autrement il faut discriminer. Sur quelles règles ? Si c’est le seul fait du prince ou de la princesse on peut douter de l’objectivité des décisions.
    Notre association se veut respectable et son expression sur notre blog irréprochable. Nous ne publierons jamais des propos insultants ou diffamatoires ce qui n’a pas été le cas de feu « Le Homard Déchainé » qui par exemple a laissé publier à propos du port de Portivy que l’élu en charge de sa gestion touchait des bakchichs, sans parler des propos délirants du « petit mécano ». De plus, quand une nouvelle équipe arrive aux commandes c’est en principe pour faire mieux que la précédente, alors pourquoi refaire ce qui a été considéré comme une erreur ?
    Comparaison n’est pas raison…

  2. Il me semble, Monsieur Dubois, que vous-même et Madame Marchand avaient refusé à l’association Le Homard Déchainé, l’accès à une salle municipale pour une réunion il y a quelques années. Le motif de votre refus  » association à but politique ».
    Pourquoi vous offusquez-vous que la maire actuelle (ancienne présidente de cette association) vous « rende la pareille » étant donné que votre association est à but politique ?
    Politique certes locale et clochemerlesque mais politique tout de même.

    Quant à la qualité de la gestion municipale, l’efficacité de la majorité et sa cohésion, sa capacité de conviction et l’appétence au travail de certains adjoints, il y a belle lurette que les Saint-Pierroises et les Saint-Pierrois se sont forgés leur intime conviction. Cette mandature est un désastre. Prenons le parti d’en rire jaune et espérons des jours meilleurs (ce qui nécessite une forte dose d’optimisme j’en conviens).

    1. Bonjour,
      La réaction que vous décrivez (vengeance personnelle de la Maire) est probable mais est-elle pour autant justifiée ? Le rôle d’un Maire est-il celui de régler ses comptes une fois aux affaires ou celui de prendre de la hauteur et d’agir pour l’intérêt général en dépassant les émotions anciennes ? Un maire ne sera-t-il pas mieux respecté et écouté s’il prend en compte toutes les demandes même celles de ses anciens opposants dans le souci de la démocratie ?
      J’ai le souvenir que le Homard Déchaîné portait bien son nom et attaquait systématiquement toutes les décisions de la majorité avec une violence de ton et de propos que nous n’utilisons pas, c’était « une association féroce » non ?

      Pour finir il est intéressant de signaler qu’au dernier Conseil Municipal – auquel la minorité comme vous le savez a peu participé – les élus de la majorité se sont exprimés à 3 reprises (sur 7 bordereaux) contre la Maire, contredisant de nouveau sa phrase « Le nombre de délibérations qui ne sont pas suivies par la majorité est infime » :
      reversement de la taxe d’aménagement communale perçue sur la zone d’activité communautaire : 1 abstention, 12 contre,
      vente de sapins de Noël aux commerçants : 8 abstentions,
      modification du tableau des effectifs : 3 abstentions.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *