Conseil Municipal du 31 mai 2016

Démission, abandon de projet, délibération sur un projet déjà réalisé, erreurs diverses : un Conseil Municipal ordinaire.
La démission d’un conseiller de la majorité et son remplacement constituent les 5 premiers bordereaux. Minimisée par le Maire qui dit ne pas en connaître les raisons précises, cette démission fait suite à l’absence non excusée de ce conseiller au dernier Conseil Municipal où on votait l’augmentation d’impôts et le budget 2016. Mme Le Bonnec Nelly est donc la nouvelle conseillère municipale. Elle n’intègre aucune commission municipale !!!, laissant la place à JP Le Duvehat à la commission d’urbanisme…
Le Maire demande ensuite l’extension des délégations qui lui sont accordées. L’opposition lui a refusé cette extension pour les motifs suivants :
Une délégation s’accorde sur la base de la confiance. Notre groupe l’a voté en début de mandat.
Malheureusement 2 ans plus tard nous avons pu entendre au cours de différents Conseils Municipaux : je cite
_ je suis le Maire, je suis le chef je fais ce que je veux…
_ non j’ai pas envie…
De plus vous avez à de nombreuses reprises transformé le Conseil en chambre d’enregistrement plutôt qu’en lieu de délibération
Vous avez aussi soumis à délibération des projets mal étudiés que vous êtes obligée d’abandonner.
Pour toutes ces raisons, la confiance n’est plus au rendez vous, nous ne voterons pas ce bordereau de délégation.
Un emprunt de 250 000 € sera contracté pour la création d’une salle de classe et de 2 logements.
1 seule plage sera surveillée cette année. Quant aux dangers de la Côte Sauvage, il ne sera rien fait de plus que l’an passé en matière de prévention.
La commune contre l’avis de la minorité a souscrit une convention avec un site d’enchères pour vendre du matériel déclassé : coût annuel 500 € hors taxe, pour vendre quoi ? La liste n’est pas établie et sera prochainement étudiée.
Une borne de recharge pour les véhicules électriques sera installée devant l’Office de tourisme par le Syndicat Morbihan Energie, coût pour la commune 1200 €. Un dispositif de gratuité de stationnement sur toute la commune pour les véhicules électriques a été ramené de 5 à 2 ans. La gratuité est-elle menacée à Saint Pierre ?
La commune va louer à une entreprise d’animation 20m² de plage à Keraude. Problème : cet espace appartient au domaine public maritime, et la commune n’a pas compétence pour le gérer.
Le camping de Kerhostin va ouvrir dans sa fonction habituelle. Le projet pour les camping-cars est bloqué ainsi que la vente de terrain. Le Maire semble ne pas renoncer à ce projet et argumente de manière alambiquée sur des problèmes d’appellation…qui seraient le seul frein à ce projet.
Il est d’ailleurs étonnant que la possible fermeture du camping de Penthièvre (zone submersible et refus par le préfet des travaux envisagés) lui pose problème (« c’est un gros enjeu économique pour la ville ») alors que la fermeture de celui de Kerhostin ne l’avait pas alertée….
Résultats : faute de recrutement à temps, le camping ouvrira ses portes plus tard donc un manque à gagner pour la commune, les brochures de l’Office de Tourisme indiquant l’absence de camping à Kerhostin et une aire réservée aux campings cars sont fausses….Ne faudrait-il pas étudier mieux les dossiers avant ?
Le concours des nouvelles (organisé par M. Le Duvéhat sans aucun partage en commission Culture) permet une nouvelle fois à la majorité d’entériner plutôt que de délibérer, puisque les résultats sont publiés et les chèques de récompense imprimés alors que le conseil est sollicité pour valider cette démarche
Questions orales :
Le Maire a organisé une réception pour honorer un fonctionnaire qui quittait la commune, les invitations étaient sélectives et ont ignoré les élus d’opposition. Dans ces conditions il s’agissait d’une organisation privée à laquelle les deniers et services de la commune n’avaient pas à contribuer. Les explications confuses du Maire n’ont pu convaincre que ceux qui voulaient l’être.
Selon le Maire : pas de projet, si ce n’est une réflexion globale pour : le Cocon de la Baie, le bâtiment dit le Celtic, l’aménagement de la Mairie.
Le panneau lumineux du rond point a couté 18 000 € et son emplacement est pertinent ! C’est ce qui a été soutenu par le responsable de la communication qui semble-t-il n’aurait pas trouvé les gaines électriques pour l’installer en centre-ville !

F. Dubois, J. Le Hyaric, G. Pruvost, S. Cottin

Une réflexion au sujet de « Conseil Municipal du 31 mai 2016 »

  1. Trois « décisions » me semblent emblématiques : la convention avec le site d’enchères, la concession à Keraude, le camping de Kerhostin. « On » décide sans se poser les questions nécessaires, sans effectuer les vérifications de base en amont et ensuite… la situation vire à la tragi-comédie !
    Quant au « je décide » et au fait du prince (le verre d’adieu généreusement offert par les saint-pierroises et les saint-pierrois à une fonctionnaire qui pour sa hiérarchie a failli dans sa mission) ceci n’est que deux preuves additionnelles d’un manque de leadership et de conscience de ce que la charge d’élu implique comme devoir et comme réserve.
    Pour la « réflexion globale » les habitants peuvent dormir sur leurs deux oreilles. Rien ne se passera sur aucun des sujets évoqués. Le manque de vision, l’impréparation chronique resteront les fils directeurs des quatre prochaines années de mandature.
    Dernier point, le panneau lumineux à 18 000 €. Outre son implantation critiquable, la hiérarchisation qu’ont connu les média depuis internet et les smartphones relègue cet investissement au même rang que le minitel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *