Cromlech ou l’art du gargarisme

composition1

Le 30  Novembre, le Télégramme a publié un long article, non signé, intitulé « Kerbourgnec, le site mégalithique réhabilité » .  L’article était suivi d’une belle photo de famille où l’on pouvait admirer entre autres, madame Duperret, responsable du patrimoine de la Commune de Saint Pierre.

Jusque là rien d’extraordinaire, le Télégramme ne nous avait habitué ni  à des articles de fond ni à de grandes enquêtes. En réalité, comme Ouest France, il sert de relais aux communiqués de presse d’AQTA .

ganivellesEnsuite, l’auteur écrit  » des aménagements, avec notamment la remise à niveau du terrain et la protection du talus archéologique ont été réalisés » . Sur ce site, il n’y a jamais eu de talus archéologique. Il ne s’agit pas d’un tumulus. Tout est plat.  Justement , c’est là que le bât blesse ! Longtemps sur le site, a été affiché le descriptif des travaux négocié avec la DRAC , la Mairie et le propriétaire : Il prévoyait la mise en place d’un talus arboré cachant la clôture du propriétaire. A la place du talus arborée, une rangée de ganivelles, trop visibles , inesthétiques et fragiles s’offrant comme une proie aux vents violents.

Enfin , le panneau explicatif permettant d’avoir des informations sur la signification du « Cromlech ou hémicycle »  n’existe toujours pas malgré nos demandes .

Alors oui il y a eu quelque chose de réalisé pour empêcher le stationnement des voitures et l’arrachage des cupressus a été fait par une entreprise privée mais il s’agit de la moitié du chantier prévu initialement . Ce n’est pas avec cela que nous décrocherons le label UNESCO

Jean Yves MORIZON

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *