Fusionner avec Quiberon ?

Devenir la banlieue d’une banlieue , jamais !

Saint Pierre a su , malgré tout, préserver un certain style de vie , tranquille , paisible, une commune de bord de mer avec ses deux ports , ses plages et son immense côte sauvage encore préservée.

En bout de Presqu’île , Quiberon .

Une Commune ressemblant à une zone industrielle ,envahie de publicités aussi laides qu’inutiles.Un territoire entièrement construit , ayant absorbé tous ses villages dans un flot de béton : Saint Julien , le Manemeur (il ne reste que quelques mètres entre le village de Kerné et l’agglomération de Quiberon) , Port Haliguen.

Une Commune qui a détruit le style «front de mer 1930 » en incluant des immeubles collectifs hideux et souvent de mauvaise qualité.

Une Commune qui continue à ne pas respecter les lois du littoral en favorisant l’installation d’un golf dans un espace remarquable et protégé.

Une Commune qui ne se soucie pas de l’argent du contribuable en créant des rond-points aussi laids que coûteux.

Une Commune qui lorsque les projets dépassent sa compétence (Port Haliguen) , n’hésite pas à les sous-traiter au privé plutôt que de se poser la question de leur pertinence, passe en partie sous silence les problèmes environnementaux que poserait le stockage des boues de dragage .

Une Commune qui se désengage de ses partenariats sociaux avec Saint Pierre , sans préavis ni élégance ( Cocon de la baie ) .

Battons nous , modestement à notre niveau, pour sauvegarder un emploi par ci, un commerce par là , battons nous pour sauvegarder nos villages authentiques , nos ports , notre petit patrimoine ( Fontaines, lavoirs, moulin ) .

Restons authentiques , cherchons à développer Saint Pierre dans un souci de qualité et de
convivialité . Ne soyons pas attirés par les lumières tape à l’oeil de Quiberon.

Ce n’est pas un couplet patriotique de village mais chacun doit se rendre compte de la chance qu’il a de vivre à Saint Pierre .

Jean Yves MORIZON

2 réflexions sur « Fusionner avec Quiberon ? »

  1. J’apprécie vos remarques sur une possible fusion avec Quiberon. Ce n’est pas aux St Pierrois d’aller payer les dettes de la Commune de Quiberon. C’est aux St Pierrois de donner leur avis. A Belle Ile deux communes ont refusé la fusion. Si l’on veut faire en sorte que les décisions et la vie démocratique s’éloignent encore un peu plus des citoyens il n’y a qu’à tout fusionné et fini la démocratie, place à la dictature. Les communes avec la baisse de la participation de l’Etat dans leurs budgets se trouvent en difficulté. St Pierre n’a pas encore installé des parcmètres comme à Quiberon mais avec la municipalité actuelle cela ne saurait tarder. Elle a bien commencé par mettre une barrière payante sur la cale de Portivy. A quand un port privé à Portivy comme dans les autres ports de plaisance? Les menaces sont là et seule une poignée de gens friqués pourra profiter des plaisirs de la pêche: Est-ce en limitant les accès que l’on pourra faire vivre les commerces, les emplois et développer un tourisme populaire? Sans compter les natifs de St Pierre et de ses villages, les enfants des natifs qui ne peuvent plus revenir au pays vu le coût de l’immobilier. A St Pierre, le littoral, côté baie est quasiment inaccessible. Pas ou très peu de sentier côtier, escaliers avec porte fermées descendant à des plages quasiment privées. A la Forest Fouesnant la situation était la même mais les associations pour le libre accès au littoral ont obtenu gain de cause. Quelle est la municipalité à St Pierre qui a osé s’attaquer à ces privilèges alors que la loi littoral du 31.12.76 rend obligatoire la bande des 3 mètres. Aux riverains richissimes de laisser les 3 m sinon à eux de financer les platelages extérieurs comme à la Forêt Fouesnant.
    St Pierre vit trop de l’économie saisonnière. A quand des emplois durables sur la Commune pour les jeunes. Les idées existent mais l’Etat garde tous nos sous pour développer le grand Paris. Alors non merci, St Pierre ne doit pas être une cité dortoir adossée à Quiberon, ce dernier fera jouer sa prédominance comme Paris par rapport à la Bretagne.
    Si l’on veut que demain St Pierre soit une commune attrayante et dynamique ou règne un esprit d’ouverture, de bienveillance, de tolérance et que les jeunes générations puissent vivre au pays il faudra arrêter au niveau national un Etat centralisateur qui ne considère le littoral que comme une zone de villiégiature alors que la mer a des ressources potentielles non mises en valeur et créatrices d’emplois pérennes. Amicalement.

  2. Ce billet renferme tout le charme suranné de notre commune. Il sent les dériveurs échoués sur le varech à marée basse, l’odeur des crêpes dans une vieille maison un après-midi pluvieux du moins d’août, la tente de camping « Trigano » qui claque doucement sous les pichenettes d’un vent solaire… Ah la nostalgie !
    Pour autant cette carte postale représente-t-elle l’avenir de Saint-Pierre Quiberon (et non « Saint Pierre) ? Certainement pas.
    Rester arc-bouté sur le passé, le « bon vieux temps » n’est pas le gage d’un avenir radieux. C’est un peu comme s’atteler à limiter la montée du flux de l’océan en tentant de le contenir avec une cuillère à soupe : beaucoup d’énergie dépensée pour, au final, être submergé par un phénomène incontrôlable. Comment, à une époque où tout notre pays est secoué par les interconnections économiques, financières, sociales de tous les acteurs de la mondialisation, comment donc, penser pouvoir supprimer toute ou une très grande partie de ces effets sur notre commune ? C’est une utopie et comme toute utopie, elle expose ses adeptes à un réveil brutal.
    Comprenons-nous bien. Je n’écris pas ici que tout est acceptable loin de là. Je dis simplement qu’il faut avoir suffisamment d’anticipation et de jugeote pour accompagner la mutation inévitable de notre cadre de vie, savoir en tirer profit pour le plus grand nombre.
    La fusion avec Quiberon est inévitable. Si nos élus presqu’îliens ne s’emparent pas du sujet, c’est le préfet du Morbihan qui s’en chargera. Rester en dehors du jeu reste la pire manière de défendre les intérêts collectifs des saint-pierrois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *