La littorale à l’isthme

Le préfet du Morbihan, Raymond Le Deun (troisième en partant de la gauche), était à Plouharnel, lundi. Le maire, Gérard Pierre, et ses adjoints avaient plusieurs dossiers à évoquer avec le représentant de l’État, dont le passage de la voie verte « la littorale » à l’isthme de Penthièvre…

Les politiques municipales sont donc au cœur du développement des territoires. C’est vrai pour de nombreux pans de la vie sociale. C’est d’autant plus vrai pour le vélo.

Au delà de ce que Saint Pierre Quiberon fait ou pourrait faire, AQTA, Morbihan et Bretagne l’accompagnent dans les limites de la loi NOTre. Pour autant, c’est bien la commune qui est au cœur du développement des politiques cyclables. Il en est ainsi des véloroutes qui sont des itinéraires de moyenne ou longue distance, continus (sans interruption, y compris dans les villes), adaptés à la circulation à vélo (sécurité, balisage).
L’association des Maires de France (AMDF), à laquelle Madame Le Duvehat appartient logiquement, se situe dans cette dynamique, comme le montre le site accessible par ce lien et dans la vidéo ci-dessous.

Pour autant, il y a lieu d’être tout à fait rassurés (sic). En effet la reprise du dossier ouvert en 2008 sur l’itinéraire cyclable au niveau de l’isthme est annoncée dans la newsletter n°4 de Saint Pierre Quiberon, dossier qui a été préparé dans des rencontres auprès des agents départementaux sur site en 2016 puis au département en janvier 2017.
Ensemble, citoyens compris, devons nous surfer sur une évolution de nos modes de transport, à laquelle nous ne pourrons échapper. Espace touristique privilégié, il est vital pour la presqu’île de rejoindre le peloton de tête.

Pour en savoir plus sur la visite du préfet, cliquer ici

3 réflexions sur « La littorale à l’isthme »

  1. Le nerf de la guerre se situe dans les moyens financiers, cher cycliste ! Or la commune de SPQ mobilise ses faibles ressources dans des investissements peu efficaces ! Panneau lumineux, borne électrique de recharge, embonpoint des services municipaux, peu informatisés (voir la cartographie numérique au format CNIG, fort utile pour envoyer les données à ON3V !), car scolaire, qui pourrait être partagé…
    8 années déjà de réflexion ! on peut donc tabler sur des réalisations concrètes dans un mandat et demi, soit après le départ de l’équipe actuelle !

    1. Une fois n’est pas coutume, je partage votre avis sur certains points. Pour autant, le démocrate que je cherche à être accepte l’idée que des choix sont faits ; je les respecte. Il est possible de peser sur l’avenir malgré le peu de moyens financiers de la commune.
      Ainsi de la cartographie, ainsi du car scolaire ; Pourquoi ne pas limiter son utilisation ? le trajet école-cantine mesure 620 mètres ; Est-il besoin de convaincre le marcheur que vous êtes que nos chères têtes blondes pourraient avantageusement le faire à pieds ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *