L’entre soi n’est pas un projet

Suite à la réception sur ce blog et par mail d’une grande liste de questions émanant de la Fédération d’associations de la Baie de Quiberon et du Grand Site Dunaire, et publiées en commentaire de l’article « Priorité aux saint pierrois », je souhaite répondre.

Il ne faut pas vous tromper, ni d’interlocuteur ni de débat. Les quatre élus de la minorité ont retoqué ce projet à plusieurs reprises sans, à l’époque, aucun soutien de la Fédération d’associations de la Baie de Quiberon et du Grand Site Dunaire.

Nous ne sommes pas les porte-parole de ce projet que nous n’avons pas initié. 

L’initiative en revient à Madame le maire ainsi qu’à l’adjoint à l’urbanisme ; leurs réponses à un certain nombre de vos questions figurent dans le compte rendu du dernier Conseil Municipal publié sur le site de la mairie. Vous pouvez également interroger directement vos élus actuels, via leurs heures de rendez-vous en mairie ; vous pouvez aussi demander la publication de vos questions, comme vous l’avez fait sur ce blog, sur les réseaux sociaux et sites des têtes de liste des prochaines municipales. 

Une réunion publique vous a permis comme à moi de mieux comprendre et apprécier ce projet, c’était aussi l’occasion de poser toutes vos questions, l’avez-vous fait ? 

Un document nous a été transmis, disponible en mairie.

Je vais quand même répondre à un certain nombre de points.

Certains d’entre nous vont peut-être soutenir ce projet au prochain conseil mais ce sera après l’avoir beaucoup remis en cause – dès le départ –  après avoir participé aux réunions lorsqu’elles étaient proposées, après avoir dialogué avec le promoteur et l’adjoint à l’urbanisme, après avoir consulté les saint pierrois qui vivent ici à l’année ainsi que les acteurs économiques. Leurs réactions ont été de dire que la commune a besoin de la présence de jeunes couples et d’enfants, d’une structure qui puisse accueillir les seniors isolés et du développement de l’économie et pas seulement en saison.

Les habitants à l’année ont un regard différent de celui des personnes qui ne viennent qu’en saison et que bien sûr ils respectent et ont plaisir à voir arriver.

A certaines périodes de l’année, les rues sont vides, les volets sont fermés, la solitude de certains séniors isolés est grande car leur famille est repartie et ils ne peuvent pas tous se rendre à pied ou en voiture au centre bourg, etc.

Oui, il y a plein d’exemples de résidences de ce type qui fonctionnent très bien, lisez la presse, allez sur le web ou à Auray et Vannes. En même temps, si une personne le souhaite et a les moyens humains et financiers, elle est heureusement libre de rester chez elle.

Le capital d’une société n’est ni le reflet de sa bonne santé financière, ni de sa trésorerie, ni de ses capacités à trouver des partenaires financiers solides. Ce type d’opération ne peut pas commencer sans garantie de parfait achèvement (VEFA).

Les lettres d’engagement de chaque société partenaire ainsi que celui de la Caisse des Dépôts et Consignations nous seront communiquées lors du compromis de vente mais nous avons déjà, en tant qu’élus, la lettre d’engagement de Mr Jacky DUDOUIT, gérant de la société FIDIM, intervenant au nom du groupement solidaire constitué de FIDIM, AMC, Crédit Agricole Immobilier, groupe Quartus Club Seniors. Nous connaissons le nom du bailleur social mais ce n’est pas à nous de vous le communiquer. Les tractations avec Orange sont en cours, les acquéreurs peuvent sans doute se prévaloir de l’intérêt public pour acheter ceterrain.

Quant à la signature architecturale, les plans montrés par François Maufra ne sont que des esquisses sur lesquelles la future équipe en responsabilité devra travailler en concertation. Il est néanmoins évident que les règles du PLU et de la loi Littoral seront respectées.

La commune ne sera pas garante des emprunts puisque, comme vous le soulignez, il s’agit d’une opération privée.

Assistez au prochain Conseil Municipal du 22 01 20 et vous aurez des réponses quant aux clauses pénales, au prix de vente des terrains, etc. Vous découvrirez également qu’un certain nombre de points qui nous tenaient à cœur ont été pris en compte.

A mon tour de vous poser des questions : pensez-vous qu’un maire en responsabilité ainsi qu’un adjoint à l’urbanisme pourraient se permettre de faire voter un projet ayant toutes les chances de ne pas être possible financièrement et pouvant mettre en danger l’avenir de la commune, serait-ce une attitude responsable ? Pensez-vous qu’un promoteur et un architecte dont les souhaits sont clairement affichés de passer plus de temps sur notre presqu’île, prendraient le risque de se mettre toute la population à dos ? 

Si vos réponses sont positives, pourquoi, alors que nous sommes à l’aube de changer éventuellement d’équipe municipale, ne vous présentez-vous pas pour défendre bien mieux vos ambitions et votre territoire ?

« La critique est aisée et l’art est difficile » Destouches.

Sylvie COTTIN

1 réflexion sur « L’entre soi n’est pas un projet »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *