Les « misères » de Mme le Maire et de l’adjointe aux finances

Bonjour aux lecteurs,
Dans un article de presse (cf. Ouest France du 18/02/15), j’ai écrit :
« les Saint-Pierroises et Saint-Pierrois ont certainement d’autres préoccupations que de s’intéresser à des querelles de clochemerle, complètement stériles ».
Je veux donc que cesse une partie de ping-pong par voie de presse, mais ce blog va me permettre d’apporter des informations en réponse aux propos de Mme le Maire et de l’adjointe aux finances, parus dans un article de presse (cf. Ouest France du 2 Mars), suite à la séance du conseil municipal du 27 Février.
Lors de ce conseil, Mme le Maire a expliqué qu’elle a rencontré un avocat et conseiller juridique pour parler de la problématique de la liberté de communication, à travers la presse et les blogs de façon générale.
Elle a également déclaré : « en tant que Maire, j’ai le devoir de protéger les agents et je ne peux pas les laisser être attaqués nominativement, être salis publiquement. J’ai donc entrepris des démarches douces, polies…»
Mes réponses :
1/ Dans notre pays la liberté de la presse est sacrée… même quand les commentaires peuvent ne pas plaire…!!!
2/ Je suis tout à fait en osmose avec Mme le Maire sur ses propos concernant le personnel et je suis satisfaite qu’elle ait pris la mesure de sa fonction envers eux.
Mais… je ne peux m’empêcher de me remémorer un moment des années 2009/2010 où Mme le Maire, alors Présidente d’une association locale, a laissé publier au travers du blog de son association des articles à la limite de la diffamation, sur la commune, moi-même, des élus de la majorité et…. un personnel.
Comme Mme le Maire vient de le faire, à l’époque j’avais pris l’attache d’un avocat et il avait rapidement fait calmer les « ardeurs » des écrits publiés dans ce blog, par un courrier adressé à Mme la Présidente de ladite association… !!!

Je lis encore, toujours dans le même article de presse une autre déclaration de Mme le Maire : « J’ai été stupéfaite, en tant que maire, de ne pas avoir une sensation de continuité de service public. Je n’ai jamais imaginé un seul instant que le maire ne soit pas en relation directe avec le serveur de la mairie. Il a fallu six mois pour y arriver ».
Ma réponse : En tant que maire, je n’avais pas souhaité avoir un ordinateur fixe à la mairie, car la plupart du temps je traitais mes dossiers sur un ordinateur portable à mon domicile pour des raisons de facilités de conditions de travail. Par choix, mon ordinateur n’était donc pas connecté au serveur central, ce qui ne m’empêchait pas d’obtenir tous les renseignements nécessaires auprès du cadre administratif ou de l’adjoint concerné. Mais pourquoi Mme le Maire a-t-elle attendu six mois avant de faire connecter le portable sur le serveur si c’était son choix ? Et en attendant, il lui suffisait de se renseigner auprès du personnel administratif compétent, qui pouvait à tout moment se connecter et la renseigner sur les dossiers, entre autre celui du budget.

Toujours dans l’article de presse, Mme l’adjointe aux finances déclare : « quant au logiciel comptable, je jour de ma prise de fonction, on m’a déclaré qu’il n’y avait pas de logiciel comptable. J’ai appris depuis qu’il avait été supprimé ».
Ma réponse : Il n’est pas acceptable de laisser à penser aux administrés, qu’en quittant nos fonctions nous aurions « supprimé » des logiciels comptables. Je l’écris à nouveau : tous les dossiers officiels, dont celui du budget, sont enregistrés dans l’ordinateur central du cadre administratif en charge de leur gestion. Mme l’adjointe aux finances aurait donc pu tout à loisir, consulter les budgets sur cet ordinateur central ou se faire connecter au serveur depuis l’ordinateur mis à sa disposition. Tout comme l’avait fait l’adjoint aux finances sous notre mandat. Et elle aurait pu ainsi très rapidement… travailler sur le budget.
Mais il ne faut pas tout confondre… Un élu travaille sur les dossiers dont il a la charge et pour cela il fait des copies des dossiers officiels afin d’y apporter toutes les annotations ou commentaires qu’il juge nécessaires. Ces annotations ne sont pas officielles et sont propres à l’élu qui les a notifiées, c’est pourquoi en toute logique, nous avons demandé au professionnel qui gère le système informatique de la commune, d’effacer tout ces documents de travail. C’est une logique que Mme le Maire et Mme l’adjointe aux finances appliqueront le jour où elles quitteront leurs fonctions, je n’en doute pas !

Enfin, dernière déclaration de Mme le Maire dans l’article de presse : « le jour où je quitterai la mairie, le lien avec les élus qui me succèderont sera différent de celui que j’ai eu avec la municipalité précédente ».
Ma réponse : Le jeudi 27 Mars 2014, à 10 heures, j’ai reçu Mme Le Duvehat en mairie, salle du conseil municipal, avec quelques uns de ses colistiers afin de régler les détails du conseil municipal du 29 Mars suivant. J’étais moi-même assistée d’un personnel, cadre administratif.
Quelques questions sur le fonctionnement de la commune m’ont été posées et entre autre, sur le montant des indemnités du maire.
Ce jour là, Mme le Duvehat m’a-t-elle posé d’autres questions sur les dossiers en cours et sur le budget ? Que nenni ! J’ai alors clairement compris qu’elle souhaitait voler de ses propres ailes sans avoir à demander au maire sortant quoi que ce soit de plus précis.
Et le jour de son élection en tant que maire le 29 Mars, quand je lui ai remis les clés des divers bâtiments de la commune, je n’ai pas souvenir qu’elle m’ait sollicitée pour un entretien ou rendez-vous que je ne lui aurais pas refusé, car elle n’est pas la seule à souhaiter…, la continuité du service public !

Geneviève MARCHAND – Maire de Saint Pierre Quiberon 2001/2014

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *