Retro pédalage en marche !

Réalisant que ses paroles incontrôlées sur les ondes de 2 radios nationales l’ont décrédibilisée, L. Le Duvéhat s’est épanchée ensuite dans la presse locale pour tenter de recoller les morceaux…. mais le résultat est encore une fois que tout est de la faute des autres et jamais de la sienne !

Mais comment publiquement peut-on avoir si peu de retenue et autant d’incohérence ?

Comme avant chaque Conseil Municipal, nous avions envoyé par mail nos questions diverses auxquelles elle a répondu de manière désordonnée et parfois désinvolte, jeudi 30 novembre, lors du Conseil Municipal. Un résumé  des réponses est en gras dans le texte.

  • Comment pouvez-vous aujourd’hui travailler avec une équipe que publiquement vous avez dénoncée et qui depuis un moment ne vous suit plus dans toutes vos décisions ?
 
Pour mémoire sur Europe 1 : « On reçoit des coups de poignard dans le dos quand on ne s'y attend pas, dans notre propre majorité. Je trouve que c'est ingrat d'avoir un 'oui' droit dans les yeux, et un travail de sape par derrière »

« La réponse ne vous regarde pas, j’en parle avec ma majorité »

  • Comment pouvez-vous d’un côté souhaiter inciter les résidents secondaires à s’installer à Saint Pierre et de l’autre les traiter de « soixante-huitards gâtés et égoïstes » ?
Pour mémoire sur Europe 1 : « Les résidents secondaires, ce sont des gens très exigeants qui nous prennent pour Bécassine. Des septuagénaires qui ont vécu mai 68, ne pensent qu'à eux, contestent tout, pour leur propre intérêt"

« Je ne souhaite pas que d’autres résidents secondaires s’installent sur la commune…vous n’avez pas compris nous voulons des nouveaux surtout…certaines personnes peuvent se reconnaître, je leur ai dit en face dans mon bureau… » M. Loget ajoute « Vous ne pouvez pas être résident secondaire deux mois par an et interdire que la commune ait un développement sous prétexte que vous voulez venir dans le Larzac, à ce moment-là vous vendez votre propriété ici à bon prix pour aller acheter dans le Larzac »…. « Il faut avoir un peu de cohérence »…. Mme Le Maire ajoute : « Il est important pour un résident secondaire de convaincre d’autres résidents secondaires de s’inscrire sur les listes électorales cela a du sens si on participe activement et collectivement sur l’ensemble de la commune à des projets »…

  • AQTA : vous n’étiez pas présente à la réunion de tous les élus des 24 communes samedi 24 novembre alors que vous êtes vice-présidente ; en tant qu’élue communautaire, votre rôle – cela nous a bien été redit – est de systématiquement faire descendre l’information d’AQTA auprès de l’ensemble de vos élus, minorité comprise. Pourquoi ne le faites-vous pas ?

« Vous avez reçu le mot de passe pour accéder au site d’AQTA… Au conseil municipal suivant un conseil communautaire, on peut parler de certains points qui vous semblent importants. J’ai contacté M. Leray pour venir participer à l’un de nos conseils »

  • Suite à la contestation et la pétition autour du projet de la rue Marthe Delpirou, vous avez décidé de mandater un bureau d’étude pour trouver des solutions ? Quel est le coût de cette étude ?

Résumé de la réponse commune Maire et Adjoint à l’urbanisme :

 « Vous n’avez pas compris la démarche…on a demandé à un bureau d’études de nous ouvrir un panel de solutions en définissant les points positifs mais les points négatifs…il va nous proposer plusieurs solutions, cela ne va pas nous coûter très cher…on fait les travaux, l’évolution est possible en fonction des résultats obtenus…si demain on imagine qu’il faut plutôt rentrer que sortir ou sortir que rentrer il suffira d’inverser les panneaux ».

S.COTTIN, F.DUBOIS, B.LOEZIC
G.PRUVOST avait donné procuration à F.DUBOIS

Une réflexion au sujet de « Retro pédalage en marche ! »

  1. « Ce n’est pas la girouette qui tourne c’est le vent » (phrase prêtée par Georges Jacques Danton à Edgard Faure).

    Allez plus que 18 mois avant la relève. Même si je doute qu’il puisse y avoir une équipe capable de dynamiser cette commune, je pense qu’il peut s’en trouver au moins une qui ne dise pas autant de bêtises et dont l’inconséquence ne soit pas la règle de conduite.

    Je note au passage la « bonne blague » involontaire de notre sémillant adjoint à l’urbanisme. Il parle de développement… Sans doute fait-il allusion à la construction des quelques cages à lapins (à parkings escamotables et escamotés) commises sous sa mandature.

    Mais hélas les chiffres sont têtus. Ceux de l’INSEE en l’occurence. L’emploi marchand (« le privé »), signe de développement s’il en est, recule sur Saint-Pierre Quiberon depuis des dizaines d’années… Les prédécesseurs en sont responsables tout comme lui, notre maire et son équipe de « personnes compétentes ».

    Quand à l’ostracisation d’une partie de la population (les résidents secondaires), elle dégage comme une légère odeur de rance…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *