Saint Pierre Quiberon : Le Déclin ?

declinLe déclin de Saint-Pierre Quiberon se manifeste doucement :

Déclin démographique :
La population a tendance à diminuer : En effet, la population légale de Saint Pierre est en constante décroissance :
2012 : 2243
2013 : 2208
2014 : 2172
2015 : 2166  (Chiffres Mairie)

Parallèlement, la population du Département s’est accrue en passant de 732 372 (2012) à 747 458 habitants (2015), soit une augmentation de 2 %. Les chiffres officiels du recensement INSEE 2015 ne sont pas encore officiellement connus mais un inversement de tendance paraît peu probable.

Le nombre des naissances est resté stable à un niveau faible 2013 : 10
2014 : 8
2015 : 9

Déclin économique :
Si le commerce se maintient ou se renouvelle, certaines entreprises traditionnelles disparaissent petit à petit, dernière en date : le chantier naval de Kerhostin. Les projets de la Mairie, d’étendre la zone artisanale de Kergroix, sont soumis à l’adoption puis à la mise en place du nouveau PLU. Ce qui n’est pas encore pour demain. En attendant, rien ne se passe. Deux années déjà perdues. De toute façon, la compétence économique est du ressort d’AQTA, l’initiative devant venir de Saint Pierre. Rappelons pour mémoire que l’élu responsable du développement économique de notre Commune habite Paris.
Les choix hasardeux de la Mairie concernant le camping de Kerhostin vont certainement avoir un impact négatif sur la fréquentation touristique.
Dernière conséquence de la baisse probable de la population, la baisse des dotations de l’État due à la baisse de la population se rajoute aux efforts d’économies du Gouvernement et au final, l’augmentation de nos impôts est de 2 % cette année, sans investissement majeur.

Déclin social ?
Cependant, le tissu associatif reste encore un point fort de Saint Pierre : Avec plus de quatre cents adhérents, l’association Loisirs et Cultures draine une population importante dont une grande partie vient de Quiberon. Il en est de même pour le Bridge club de la Presqu’île qui, l’été venu, organise des tournois pouvant attirer jusqu’à deux cents personnes. Le lien social en a cependant pris un coup avec la fermeture annoncée du Cocon de la Baie au 30 juin, victime de l’incompréhension et des projets différents de la Mairie de Quiberon, de la baisse des naissances et de la décroissance du nombre de classes scolaires à Saint Pierre.

Pour freiner le déclin économique et démographique de Saint pierre, la Mairie envisage de favoriser la construction de logements en accession à la propriété et de multiplier les logements sociaux. Ce n’est pas une mauvaise solution si ces logements sont attribués à des familles avec enfants. L’ancienne Municipalité avait fait de même avec la création du lotissement de Kerbourgnec. Il ne faudrait pas que les familles revendent au bout de 5 ans pour se faire un pécule et que leur maison devienne une résidence secondaire. Il y a deux ans, un groupe de parents, sur fonds de désaccord avec la Directrice, a retiré ses enfants de l’école de Saint Pierre et les a inscrits à Quiberon. Par ailleurs, si une famille décroche un emploi à Quiberon, elle est tentée d’inscrire ses enfants près de leur lieu de travail.

Il faut donc trouver d’autres solutions pour conforter le dynamisme Saint Pierrois.

Certaines pistes de réflexion relèvent de la sphère et de l’initiative privée :

Création l’été d’une navette maritime entre Saint Pierre et Carnac ou La Trinité sur mer, pour développer le tourisme local, favoriser les échanges, désengorger la circulation et lutter contre la pollution

Organiser toute l’année des visites du littoral afin de sensibiliser les visiteurs de tout âge (scolaires et touristes) à la découverte de la faune et la flore de nos côtes dans un souci de protection

Création d’un festival régional de peintres et d’artistes plasticiens qui pourraient être logés à l’ENVSN dans le cadre d’une coopération accrue avec l’ENVSN.

Demander à l’ENVSN, lorsqu’ils reçoivent des scientifiques, de leur proposer de faire une conférence ouverte aux personnes intéressées de la Commune et des ses environs.

D’autres pistes pourraient relever de l’initiative municipale :

Accueil dans les deux appartements de l’école primaire, dont un anciennement attribué au Cocon de la Baie, de deux familles de migrants avec enfants. Ces familles seraient accueillies en collaboration avec le CADA (Centre d’Aide aux Demandeurs d’Asiles) d’ Auray. Des Associations comme l’ENVOLEE pourraient encadrer les enfants et faciliter leur insertion dans l’école. L’appartement du dessus nécessiterait préalablement une remise en conformité.

Rendre le quai piétonnier par l’installation d’une barrière. Permettre aux riverains et aux propriétaires de bateaux d’y accéder en utilisant un badge. Le quai deviendrait naturellement un lieu festif et d’animation.

Faire plus que de la figuration au sein de l’Association des Mégalithes. Organiser des visites de menhirs immergés lors des grandes marées, faire des circuits terrestres de visites de menhirs, cromlechs, tumulus.
Création à la Mairie ou à l’Office du Tourisme d’un système de gestion de covoiturage local de type BlaBlaCar permettant aux gens et notamment aux anciens d’aller à Auray, Carnac ou Quiberon

Jean Yves MORIZON

6 réflexions sur « Saint Pierre Quiberon : Le Déclin ? »

  1. Accueillir des migrants, très bien …… pour gonfler l’effectif des écoles, bien sûr …. et trouver une location à une petite famille française qui est hébergée dans la famille (à St Pierre ), ce serait pas mal aussi !

  2. Chers concitoyens,

    Pour faire suite à la suggestion de Monsieur Morizon,

    « Accueil dans les deux appartements de l’école primaire, dont un anciennement attribué au Cocon de la Baie, de deux familles de migrants avec enfants. »

    Je me fais le porte-parole de très peu de Saint-Pierrois pour abonder dans la même voie :

    1. Pourquoi ne pas accueillir les migrants de Calais dans les villas de Kermahé et Keraude, inoccupées une grande partie de l’année !

    2. Pourquoi ne pas transformer la chapelle de Portivy en mosquée !

    3. Pourquoi ne pas transformer la tour de la villa St Joseph des Sœurs de la Congrégation en minaret !

    Stop……à la démagogie !

    Avant d’aller voir ailleurs…….veuillez garder toute votre énergie pour notre ville et les Saint-Pierrois qui attendent du réconfort de vos actions……

    1. Cher Monsieur,

      Si j’avais fait une proposition d’accueil de deux familles de migrants avec enfants dans les appartements vides de l’école publique c’est pour deux raisons principales :

      Compenser la fermeture toujours possible de classes par manque d’effectifs, ce qui est arrivé, il y a deux années.

      Par ailleurs ,nous avions pensé faire appel à une famille dont l’un des membres serait Médecin pour éviter à terme le désert médical de Saint Pierre .

      Mais cela ne vous était pas venu à l’esprit, obnubilé que vous êtes par la crainte de l’étranger et de ses différences.

      Pourquoi parler d’Islam, lorsqu’il s’agit de soulager la souffrance d’êtres humains. Je vous signale que parmi les migrants actuels figurent de très nombreux chrétiens martyrisés dans leur pays……

      Arrêtons de discriminer en permanence , stop aux discours de haine et de rejet de l’autre et n’oubliez pas une partie de notre devise nationale : Fraternité

      Cordialement
      Jean Yves Morizon

  3. à quand une véritable concertation entre nos 2 communes et enfin réfléchir à long terme !!avoir un projet global pour nos 2 communes je pense que l’on y arrivera que comme cela !!je suis née à Quiberon mais me sent de la presqu’île qui est un véritable « tout » au lieu des petites guéguerres entre 2 entités qui n’en font qu’une si on le veut bien! ! il est temps de ne plus se référer au temps pas si lointain ou on ne faisait qu’un !!d’accord avec 2 communes si il y a un véritable travail en commun ???
    qu’avons-nous à offrir comme perspective à nos jeunes adultes….rien ! !5 enfants à qui on a toujours dit que leur avenir n’était pas ici sauf pour les vacances ,ce qu’ils ont fait et ont tous trouver du travail pour notre plus grande joie …..ils ont fait comme nous qui sur 5 enfants avons tous travaillé à l’extérieur ! il est temps de se mettre au travail avec tous sans tenir compte de différentes opinions qui sont en soi une richesse dont on ne tient pas compte …à quand un avenir un peu plus gai et ouvert sur un avenir moins triste RESTONS UN PEU OPTIMISTE malgré tout …!!!

  4. Les chiffres de l’INSEE sont des pépites et ceux concernant Saint Pierre Quiberon, mais aussi Quiberon ont le mérite d’interroger… et de faire l’objet d’analyses. Le « déclin » de Saint Pierre n’est qu’une des nombreuses illustrations de mutations profondes qui se dessinent et se confirment depuis quelques années.
    Les vies s’allongent, la mobilité virtuelle bouscule la mobilité physique, les extra urbains repeuplent les campagnes… La France a changé, Saint Pierre et la presqu’île ont changé par une multitude de décisions publiques, économiques, administratives, mais aussi privées, familiales, professionnelles. Il nous reste à souhaiter que nos élus locaux, comme tout un chacun, soient capables de saisir ce changement, de l’impulser, de l’accompagner.
    Motif de satisfaction : Les écarts d’attractivité s’accroissent entre les départements en faveur du Sud et de l’Ouest : sachons en profiter.

  5. La lecture de ce billet me laisse perplexe.
    Prendre comme indicateur de la vitalité de la commune le nombre de personnes qui y résident de façon permanente avec un recul de quatre ans m’appairait pour le moins trompeur (à dessein ou par simple erreur, je laisse l’auteur de ces lignes face à ses écrits).
    La démographie s’observe sur des tendances beaucoup plus longues. Ainsi, en consultant le site de l’INSEE, libre d’accès à tout un chacun, il est possible d’apprendre que la population de Saint-Pierre Quiberon était de :
    2 165 habitants en 1999,
    2 217 habitants en 2007,
    2 116 habitants en 2013 (dernière année disponible sur le site INSEE).
    Le « déclin » communal si déclin il y a, sur la base des seuls critères démographiques, aurait donc commencé en 2008 !
    Comme critère de vitalité, il aurait été souhaitable de rajouter pour confirmer ou infirmer ce repli, le nombre d’emplois marchands sur la commune. C’est-à-dire, « grosso-modo » le nombre d’emplois total sur la commune à l’exclusion des employés de l’ENV et des employés communaux. Toujours selon l’INSEE :
    2007 : 492 emplois sur la commune dont 332 emplois marchands et 160 emplois issus de l’administration publique
    2012 (dernière année disponible) : 473 emplois sur la commune dont 315 emplois marchands et 158 emplois issus de l’administration publique.
    Ces quelques chiffres s’ajoutant à ceux portant sur l’évolution démographique ont tendance à accréditer la thèse que le « déclin » a probablement commencé bien avant les dernières élections municipales…
    Ce qui ne veut pas dire, compte tenu de l’absence de chiffres sur la période 2012 / 2016 qu’il ne se soit pas poursuivit, accéléré… ou arrêté (le rêve n’est pas interdit).
    Quant à la boite à idées, dont certaines me semblent pourtant bien sympathiques, ce n’est, une fois de plus, qu’un « inventaire à la Prévert ». Avant tout, quelle est la ligne directrice ? Sans objectifs précis, il ne peut y avoir de politique de moyens cohérente, ni de communication rationnelle pour l’expliquer…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *