Tango municipal

La réunion publique pour évoquer le projet d’aménagement des rues Marthe Delpirou et des Menhirs a rassemblé une assistance relativement nombreuse, en particulier des résidents de ces rues. Les acteurs économiques, pourtant concernés par l’accès au centre bourg, n’ont pas été officiellement conviés. Seul un d’entre eux, alerté oralement, était présent. Bien que  voté par la majorité du Conseil Municipal le 28 février 2018 (la minorité a voté contre), ce projet est présenté en réunion publique 4 mois plus tard. 

Le maitre d’œuvre présente le projet dont les éléments essentiels sont :

1) la mise en sens unique de ce tronçon, du centre bourg vers le Rohu

2) la création d’une voie parallèle à la route départementale pour rejoindre la rue C. Vinet.

Les nombreuses questions de l’assistance évoquent surtout les conséquences, jugées négatives, de ce projet pour chacun des intervenants. Les propositions tendent de faire évoluer le projet dans le sens des intérêts particuliers.

Progressivement une partie de l’assistance abandonne la réunion, dépitée par le manque de consistance de celle-ci et de l’impossibilité de construire un projet où l’intérêt général prendrait le pas sur les intérêts particuliers.

Dans un souci de pseudo-démocratie mais surtout de démagogie, le Maire demande de voter sur certains points du projet. Le résultat est splendide puisqu’une majorité des derniers présents (13 personnes avec quelle légitimité ?) votent contre la mise en sens unique de la rue Marthe Delpirou.

Si cette dernière option devait être suivie d’effet c’est tout le projet qui devra être revu avec des retards et des surcouts

Bravo pour cette initiative hasardeuse du Maire.

Une suspicion de fuite de gaz a permis au Maire de s’éclipser sans clore la réunion, laissant l’assistance dans la plus totale confusion sur l’avenir de ce projet.

Un pas en avant, deux en arrière…

F. DUBOIS.

Une réflexion au sujet de « Tango municipal »

  1. Ce que n’a pas compris notre maire ni d’ailleurs le précédent peut se résumer en deux points.

    1. La « démocratie participative » à la « sauce politicarde » n’est qu’une mascarade. Elle est de facto l’ennemie mortelle de la démocratie. Les intérêts particuliers des personnes ou de groupes constitués (structurés ou pas) sont toujours privilégiés à l’intérêt général. C’est ainsi ici comme ailleurs. Et plus le groupe est important, plus il est vital de lui plaire pour se faire réélire.

    2. Sur tous les sujets ignorer les acteurs économiques demeure une grave erreur. Au pire ils en meurent, au mieux, ils vont voir ailleurs et dans les deux cas, la commune devient une citée dortoir voire pour Saint-Pierre un foyer pour 3 eme âge.

    La participation des habitants et des acteurs économiques aux affaires communes ne peut s’établir et vivre que par une approche d’appropriation active c’est à dire pas de simple adhésion, pas d’appropriation passive et pas de revendication conflictuelle. Ce qui respecte ainsi les fondements de notre démocratie, le fameux « vivre ensemble » dons les bien pensants nous rebattent les oreilles. Mais pour cela il faut disposer d’élus un peu plus « pointus » que ceux qui sont au gouvernail du « Royaume de la glisse »!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *