Votes et Démocratie

SYLVIE-COTTINDans sa réponse à notre article publié dans Ouest France les 19/20 mars 2016 (réponse publiée le même jour…. où comment répondre à une question qu’on ne vous a pas posée….), Mme L. Le Duvéhat accuse clairement certains membres de la minorité soit de « ne pas se rendre aux commissions » soit « d’y participer pleinement quitte à se désolidariser de la minorité lors des conseils municipaux. Ou encore ils suivent l’avis de la commission, comme lors des modifications de tarifs des salles municipales puis le dénoncent en conseil ».
Quel amalgame d’accusations fausses !
Pour des raisons qui nous sont personnelles ou professionnelles, nous ne pouvons pas toujours être présents en commissions mais nous essayons de le faire dans la majorité des cas et, si ce n’est pas possible, nous nous en excusons à l’avance auprès des commissions visées.
Concernant les deux commissions auxquelles je participe, en effet pleinement, je constate que certains membres de la majorité ne s’y rendent pas toujours et parfois sans même s’en excuser…

La deuxième accusation me vise donc j’y réponds. Ma présence au sein de la liste menée par François Dubois lors des dernières élections municipales n’était pas le reflet d’un engagement pour un parti mais d’un engagement pour une cause, celle du mieux vivre demain à Saint Pierre Quiberon. Lorsque la majorité me semble défendre l’intérêt général, en effet mon vote va dans ce sens quitte à être différent de celui de mes colistiers dont les convictions sont ancrées dans un passé municipal fort. Je le respecte sans pour autant forcément l’endosser. Ils font de même à mon égard et je les en remercie.
Cela dit, certaines décisions récentes que j’ai votées – l’aire de camping-cars, les subventions école privée/école publique – me font aujourd’hui prendre toute la mesure de la mise en garde de mes collègues élus de la minorité….
Par ailleurs, nous avons pu constater lors des derniers conseils municipaux que certains élus de la majorité se désolidarisaient de leur équipe…pour rejoindre nos votes….

Quant à la dernière accusation de notre Maire, j’ai en effet participé au travail des commissions concernant les salles communales dont les axes principaux étaient : l’établissement de conventions d’occupation, la rédaction de règlements intérieurs à afficher, l’implication des associations dans la vie locale, la gratuité des salles mises à disposition des associations saint pierroises. Cette gratuité a été unanimement soutenue au sein de ces commissions, il n’a jamais été question de faire payer quoique ce soit aux associations saint pierroises contrairement à ce qui a été proposé au Conseil du 9 décembre 2015 par la commission Finances à laquelle je n’ai jamais participé ! Pour mémoire, ce bordereau a été retiré devant l’incompréhension générale, tous élus confondus.
Cette même commission Finances a pourtant fait voter, lors du Conseil Municipal du 11 février 16, sans l’aval de la commission Associations, la location payante des salles communales pour les associations saint pierroises qui organiseraient des soirées privées. Ceci n’a jamais été évoqué ni soutenu dans la commission Associations donc les propos de Mme le Maire sont faux.

Sylvie COTTIN

3 réflexions au sujet de « Votes et Démocratie »

  1. Ainsi, ici comme ailleurs, la politique (au sens de politeia) ne tirerait sa substance que dans des affirmations gratuites et des contre-affirmations qui peuvent l’être tout autant.
    Ainsi, ici comme ailleurs, la politique consisterait à ne plus se rappeler de ses décisions et comportements quand « on » jouissait d’une confortable majorité.
    Ainsi, ici comme ailleurs, la politique se résumerait à oublier son absentéisme et son désintérêt de la vie municipale du temps où « on » était cantonné à un rôle d’opposition sans envergure.
    Etc… Etc…
    Alors, ici comme ailleurs, pour reprendre une formule un peu lapidaire : « c’est bonnet blanc et blanc bonnet… »

  2. S’il y a bien une chose respectable, c’est la probité.
    Qu’on s’allie en politique est nécessaire pour faire avancer les choses. Mais on s’allie sur des idées générales, un sens commun des actions nécessaires et leur direction pour impulser la société qu’on pense la meilleure pour tous.
    Il arrive cependant que sa sensibilité personnelle permette de ressentir les choses autrement. Heureusement l’humain est fait de nuances.
    Après en avoir discuté, c’est son intime conviction qui doit l’emporter, peut importe que « le groupe auquel on s’est joint a priori » soit d’un autre avis.
    Ainsi fonctionne la démocratie !
    Concernant les choix pour le camping de Kerhostin, nous sommes plusieurs à craindre que les élus n’aient pas reçu toute l’information nécessaire ou aient été trop rapides dans l’évaluation du projet.
    Au nom du Collectif des campeurs, je leur demande de reconsidérer cette affaire en détail.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *